Fiche techniquefiches_techniques.html
+ d’informationsinfos_sexe_des_mots_solo.html

Le Sexe des mots (version solo)

Extrait


Le mot GRATTER

Hier j’étais dans un bar-tabac. A coté de moi il y avait une toute petite femme aux cheveux gris  « Moi j’essuie les verres au fond du café »… le genre de femme qui doit bien aimer ce genre de chansons. Elle venait d’acheter tout un tas de ces billets que l’on gratte : des millionnaires, des astros, des bancos, des flashs : elle grattait, elle grattait.

Je n’ai pas pu m'empêcher de lui dire :

-Mais Madame c’est débile, on gagne jamais à ces jeux-là...

Elle m’a répondu, elle m’a dit :

-Je gratte le jour anniversaire de la mort de mon chien, je gratte le jour anniversaire de la mort de mon chat, je gratte le jour anniversaire de la mort de mon perroquet, je gratte le jour anniversaire de la mort de mon mari ; je ne gratte jamais les autres jours, les autres jours, je ne gratte pas...

Elle a marqué un temps, elle a soulevé le pouce, il était en suspension dans l’air, j’avais tout loisir de l’observer ce pouce gratteur, ce sauvage outil du destin...  alors cherchant à me fixer droit dans les yeux, elle a dit :

gratter c’est ma façon de pleurer

définition-gratter : façon de pleurer.

En un éclair, elle venait de balayer tous les sens de tous les gratter anciens, faisant de son gratter le plus haut perché des mots ce jour-là... décidément elle se fourre partout la mémoire

gratter : façon de pleurer

-Eh  mes fantômes, prenez-moi à bord de votre auto, j’ai toujours le ticket pour vous, eh mes fantômes emmenez-moi sur la côte d’azur, tout en bas d’une ligne d’autoroute, glissons jusqu’à la mer qui est toute bleue, prendre un bain de minuit sous les phares, elle deviendra verte cette eau de là où nous barboterons ensemble... Quand c’est le pouce qui pleure mon petit monsieur ça ne se voit pas...gratter : façon de pleurer…

Perdu, perdu, perdu, perdu et perdu, je vous ai perdu tous mes perdus, éperdument, où êtes-vous ?

Quand tout est perdu, il nous reste les mots :  NON ! Quand tout est perdu, il nous reste les pieds... permettez Larousse, j’ai toujours eu un faible pour les dictionnaires, que je vous invite à danser... Je connais le verbe danser mais je ne connais pas la danse, je risque de vous marcher sur les pieds... si vous saviez à quel point !

goujat : mot suivi comme son ombre d’un point d’exclamation accompagné d’une gifle… 

Larousse je suppose que le bon usage de votre langue consiste à la poser sur la mienne...

ça au moins ça ne raconte pas d’histoire, c’est concret,  ô comme vous dansez Larousse, avec vous j’aime bien réviser ce fond d’animalité en moi, oh pardon, je vous ai marché sur le subjonctif imparfait, je le suis surtout en concordance des temps, un pied dans la valse et l’autre dans le Tango, jamais les deux dans le même temps …pas si difficile pourtant  l’accord de nos particules passées et présentes, ne dites rien, je sens votre parfum de grammaire s’affoler au contact de mes fautes d’orthographe originelles...